BLOG EL MILIA DZ

Complexe sidérurgique de Bellara

19 Juin 2014, 16:56pm

Publié par Mérimèche.N

Complexe sidérurgique de Bellara

La société mixte algéro-qatarie de sidérurgie (Algérian-qatar-steel) et le bureau d'études et d'ingeneering espagnol Idom ont signé dimanche à Alger un contrat portant réalisation d'études et élaboration d'appels d'offres dans le cadre de la mise en oeuvre du projet de complexe sidérurgique de Bellara, dans la wilaya de Jijel. Selon les précisions fournies par le ministre de l'Industrie et des mines, Abdesslam Bouchouareb en marge de la cérémonie de signature, le bureau espagnol, de renommée mondiale, accompagnera Algerian-Qatar-Steel, un partenariat entre Sider, Qatar Steel International filiale du holding Qatar-Industrie le fonds national des investissement, dans l'élaboration des cahiers de charges et des contrats et le choix des entreprises qui seront chargées de l'engineering et des fournitures. Le ministre a rappelé que le projet stratégique et structurant devra produire, dans une première phase, deux millions de tonnes d'acier pour passer, à moyen terme, à une production de quatre millions de tonnes. Le projet dont le coût est estimé par une étude préliminaire à 1,953 milliards de dollars intervient en complément des autres chantiers ouverts pour satisfaire les besoins du marché national en la matière et concernant notamment le plan de relance du complexe sidérurgique d'El Hadjar (Annaba) et la société turque de droit algérien "Tosyali iron and steel Algérie" à Oran, dont la production devra atteindre en fin d'année en cours 1 millions de tonnes avec un objectif à terme de 3,5 millions de tonnes, a rappelé le ministre. Selon le premier responsable du secteur, des appels d'offres seront lancés en septembre prochain pour le choix des entreprises qui seront chargées de l'engineering et des fournitures. Les contrats avec les entreprises retenues, 4 tout au plus, seront signés en janvier 2015, a-t-il encore fait savoir. A partir du 2eme semestre 2017, qui le complexe fournira les produits sidérurgiques nécessaires à la production du fer et de l'acier sachant que l'usine pourvoira le marché du travail de quelque 1500 emplois directs et 15.000 autres indirects. Pour le représentant du gouvernement, le complexe de Bellara contribuera à la satisfaction d'un demande nationale appelée à accroître a la faveur du développement de l'industrie automobile et du rail et l'essor du champ du bâtiment et des travaux publics. L'ambassadeur du Qatar à Alger, Ibrahim ben Abdelaziz Mohamed Salah Sahlaoui, s'est félicité de son coté de l'intérêt porté par les dirigeants des deux pays de tels projets qui mettent en avant l'environnement propice à l'investissement en Algérie.

Source APS

Voir les commentaires

Sculpteur sur liège

19 Juin 2014, 16:32pm

Sculpteur sur liège

S’inspirant des subéraies qui représentent l’essentiel de la superficie forestière de la région où le chêne-liège est la première richesse naturelle, l’homme a trouvé matière à son art.

Donnant plus d’expression à cet arbre, Daoud Bencharif, cet artiste sculpteur sur liège, a découvert son talent dès qu’il s’est installé à Jijel, alors qu’il était encore jeune. Retraité du secteur de la santé, où il a tant donné à la formation paramédicale, l’artiste consacre tout son temps pour donner libre court à son savoir-faire. «Loin de l’exploitation industrielle du liège, je veux exploiter à fond, et d’une manière artistique, cette matière», avoue-t-il. Rencontré fortuitement à l’occasion de la célébration de la journée nationale de l’artiste à Jijel, l’homme a évoqué son art dont il espère développer loin de toute tentation commerciale.

«Mon objectif est de mettre en œuvre des tableaux d’art pour mettre en valeur la nature de la région où le littoral et le liège se côtoient d’une manière sublime», confesse-t-il. L’expérience qu’il a accumulée dans la création lui a permis d’être au rendez-vous de nombreuses expositions où ses tableaux ont fait parler sa touche artistique. «Quand je prépare un tableau, il y a toujours un arrière-plan pour créer un contraste entre ce dernier et la couleur du liège», explique-t-il.

Comme tout artiste ou créateur, Daoud Bencharif reconnaît qu’il développe son art dans un calme absolu. «C’est pendant la nuit, dont on dit, d’ailleurs, qu’elle porte conseil, quand tout est tranquille, que je me mets au travail, et ce n’est que presque vers l’aube que je me repose», fait-il remarquer. Ses oeuvres, aussi nombreuses que variées, sont toutes exécutées d’une main de maître. «Un de mes tableaux, qui a suscité l’admiration du président Bouteflika, lors d’une de ses précédentes visites à Jijel, lui a été offert par la wilaya», rappelle-t- il. En digne représentant de cet art de sculpture sur liège à Jijel, l’artiste a pris part, par ses œuvres, à la manifestation culturelle «Alger capitale de la culture arabe», tout comme il a participé à de nombreuses expositions.

En attendant d’autres opportunités, son prochain rendez-vous, il l’a pris avec les organisateurs d’un séminaire international sur les subéraies dans sa prochaine édition, qui se tiendra à l’université de Tizi Ouzou. «Je suis sur un travail pour mettre en valeur le thème de la rencontre d’un point de vue artistique, comme je l’ai déjà fait lors des deux précédentes éditions qui se sont tenues à Jijel et à Tlemcen», notera-t-il. Autodidacte, Daoud Bencharif, rend hommage à sa défunte femme qui l’a encouragé à persévérer dans sa création artistique. Il déplore, cependant, qu’il n’y ait pas d’espace de formation pour développer cet art.

El Watan : Amor Z

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog