Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
BLOG EL MILIA DZ

L’humidité de plus en plus insupportable

28 Juillet 2010, 01:00am

Publié par Nabil

 

A Jijel, tout le monde s’accorde à dire que l’humidité devient de plus en plus insupportable. D’ailleurs, il est désormais très rare de se lever tôt le matin et de découvrir un beau ciel bleu d’été. Un ciel blanchâtre trône au-dessus des têtes du matin au soir. La saturation de l’air en humidité accentue l’inconfort ressenti. Mais pourquoi cette sensation d’inconfort s’est-elle aggravée ? La cause principale semble être la prolifération des plans d’eau dans la région. En effet, la construction de barrages favorise immanquablement cet air humide. Jijel qui n’avait pour seul plan d’eau que la mer, est désormais entourée de barrages. La mer au nord, le barrage d’El Agrem au sud et celui de Kissir à l’ouest. Le phénomène, soit cet inconfort insupportable suscité par l’humidité, devrait s’accentuer à l’avenir et concerner plusieurs régions de la wilaya, même celles caractérisées par un climat relativement sec.

La région sud du centre de la wilaya (Texenna, Oudjana, Beni Yadjis, Djimla) « goûtera » son humidité une fois achevé le barrage de Tabbelout. La région d’El Milia est déjà cernée par deux barrage : Beni Haroun, plus à l’est et Boussiaba au nord. La région plus à l’ouest d’El Milia, est concernée par un autre barrage dans la commune d’El Ancer. Il s’agit de celui d’Irdjana, un confluent de l’oued El Kebir. A l’ouest de la wilaya où la montagne côtoie la mer, on pense aussi à réaliser, à l’avenir, deux barrages dans la commune de Ziama Mansouriah : un sur l’oued Ziama et un autre sur l’oued de Dar El Oued (Grottes merveilleuses). D’aucuns estiment déjà que ces réalisations bouleverseront la biodiversité de cette région, principalement celle qui fait partie du parc national de Taza (Dar El Oued). Si la côte jijelienne est très convoitée par les estivants de l’intérieur du pays, il fait de moins en moins bon d’y vivre pour ses propres habitants du fait de cette humidité envahissante.


Par F. S.

 

Commenter cet article