Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BLOG EL MILIA DZ

ALGERIE : Les habitants de la commune d’Ouled Ali situé près d’El Milia se révoltent.

25 Avril 2010, 22:00pm

Publié par Nabil

ouled-ali.jpg

 

Les habitants de la commune d’Ouled Ali situé près d’El Milia se sont révoltés aujourd’hui le 25 Avril 2010.

 

Ils ont bloqué l’axe principales  Jijel Constantine, des incidents ont eu lieu, des arrestations  et mises en détention également.

 

Une délégation s’est rendue à la mairie pour rencontrer le maire d’El Milia, et lui faire part de l’état catastrophique de la situation. Dans un premier temps, le maire a refusé de les recevoir, puis après, l’insistance de cette délégation, le maire a dénié les recevoir quelques minutes. Après que lui ait été exposé la liste de leurs mécontentements, le maire d’El Milia leur apporte une réponse cinglante, « on vous balancera un peu de sable pour boucher les trous, ça vous plait comme cela » puis repart dans sa tour d’ivoire.

 

Fou de rage, ils décident de ne pas en rester là, ils rejoignent donc l’intersection de Boutias, où ils mettent en place un barrage, les forces de l’ordre se rendent sur place et font usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule. Un peu plus tard, des personnes seront interpellées dans plusieurs cafés.

 

En début de soirée, des heurts se seraient reproduits pour réclamer la libération des manifestants interpelés.

 

Ils ont exprimé leur grand ras le bol, en cause, la hagra quotidienne, la corruption et leurs conditions de vie de tous les jours, il y a quelques années d’énormes fonds financier avaient été alloués par l’état algériens pour la construction de routes, l’installation du gaz de ville, l’installation de l’eau potable, de réseaux d’égout et  remise en conformité du réseau électrique.

 

Mais depuis rien, le néant, bien au contraire ils assistent à la dégradation quotidienne de leur environnement par des pseudos sociétés de BTP qui bricolent à droite et à gauche plutôt qu’autre chose certain employé laisse même entendre que les fonds financier qui avait était débloqué n’existe plus. Les habitants ont dénoncé à plusieurs reprises ce manège qui n’avait que trop duré. Mais les élus locaux resteront sourds à leur appel de détresse.

 

Il y a une trentaine d’années, Les habitants d’ Ouled Ali avaient vu leurs terres agricoles de l’Ota plus connu sous le nom de zone de Bellara confisquées par les autorités, sans la moindre compensation financière, on leur avait promis de grand projet nationale, qui  apporterait emplois et prospérité à la région, depuis on connait la suite, on a rendu à coup de milliard, cette terre infertile en y  déposant une couche de grava rocheux sur toute sa surface, sur le papier les projets se sont succédés, mais dans la réalité rien n’a jamais été fait, les habitants d’ Ouled Ali se contenteront  du vide céleste  comme paysage en attendant mieux.

 

Début des années 2000, les habitants d’ Ouled Ali s’étaient déjà révoltés contre la destruction de la maison de Mohamed B., un pauvre parmi les pauvres, les autorités avaient décidé de raser purement et simplement le travail de toute une vie, en laissant à la rue toute une famille, tous les bataillons des forces mobiles des  wilayas limitrophes à celle de Jijel avaient été appelés en urgence pour étouffer cette rébellion.

 

Lors de l’expulsion par la force de cette famille, même les très hauts gradés des forces de l’ordre présent étaient en pleurs,  devant une situation  totalement incompréhensible et inhumaine. Mohamed B. sera emprisonné pour avoir contesté l’ordre de destruction, plus tard à chaque fois qu’il passa devant les ruines de sa maison, il était pris de malaise intense, Mohamed B. ne s’en remettra jamais, deux ans plus tard, il meurt de l’un de ces malaises, en laissant derrière lui une femme et un enfant. Qui encore aujourd’hui  vivent dans une situation très précaire et ne profiteront jamais d’un logement comme promis depuis des années, cette épisode aura marqué  très profondément les habitants d’Ouled Ali .

 

Les habitants de Ouled Ali dénoncent les attributions de logement de Tabreith, Tabreith qui fait parti d’ Ouled Ali mais seulement 2 logements sur près de 2 milles ont été attribués aux habitants de cette commune, pire encore beaucoup  des logements ont été attribués à des personnes peu scrupuleuses qui ont acquis plusieurs appartements dans un but de les faire louer alors que plusieurs milliers d’autres attendent depuis plusieurs années, un logement.

 

Depuis quelques mois, des représentants de l’état  se promènent au cœur d’Ouled Ali, non pas pour surveiller les travaux en cours comme les habitants l’avaient demandé, mais pour référencer toutes les parcelles de terrain où il n’y a pas de construction, afin d’exproprier leur propriétaire,  ces terres appartiennent aux grandes familles d’Ouled Ali depuis des siècles et aujourd’hui une poignée de fonctionnaire zélé incompétents de surcroit, décident que ce ne sera plus le cas. Fonctionnaire plus préoccupé  aux nombres de brochettes qu’ils vont déguster ce diner, plutôt qu’aux intérêts du peuple comme la loi leur incombe.

 

Le comble du cynisme a été atteint lorsque ces prétendus fonctionnaires ont promis à chaque famille qu’une mosquée serait construite sur ces terrains, afin de mieux faire passer leur vulgaire mensonge.

EL MILIA DZ

___________________________________________________

 

ARTICLE PARU SUR EL WATAN

El Milia (Jijel) : Les habitants de Ouled Ali bloquent le siège de l’APC

Des dizaines de citoyens ont manifesté leur ras-le-bol à cause de leurs conditions de vie déplorables, en fermant, hier, dans la matinée, les accès de la daïra et de l’APC d’El Milia.

 

Issus de la bourgade de Ouled Ali, renfermant plusieurs localités, du sud-est de la commune d’El Milia, ils sont venus, à bord de plusieurs bus mobilisés, pour la circonstance, les protestataires se sont, d’abord, postés devant les portails des deux édifices, empêchant, ainsi l’accès des fonctionnaires et des citoyens. Exigeant leur part, sinon, leurs droits, soutiennent ils, des programmes de développement consacrés à la commune d’El Milia, ces habitants n’ont pas hésité à pointer un doigt accusateur à l’endroit des responsables locaux, accusés de les avoir marginalisés. « Tout le monde sait que Ouled Ali est le plus grand village de la commune, mais nous demeurons les derniers en matière d’accès aux programmes de développement », tempêtent des jeunes postés devant les portails fermés. Les routes, les réseaux d’assainissement, les infrastructures sanitaires et postales, et le gaz de ville, sont, entre autres, les problèmes énumérés par les habitants de cette bourgade.

De l’avis de plusieurs citoyens des différentes localités de Ouled Ali, la situation est la même partout ailleurs, que se soit, fulminent ils, à Ouled Boulemnakher, à Cherfa, Abbas, pour ne citer que ces petites bourgades, où les conditions de vie sont difficiles. Des habitants, dont certains ont été reçus à la daïra par les responsables locaux, s’indignent du fait que : « ces derniers ignorent si nous habitons dans une zone rurale ou urbaine ? », une manière d’expliquer qu’ils sont totalement ignorés. Les pourparlers engagés avec des responsables locaux ont, cependant, permis de calmer les esprits avec la promesse que les préoccupations soulevées seront prises en charge dans l’immédiat. Des jeunes mécontents de l’issue des contacts entrepris sont revenus à la charge, quelques moments après, en allant barrer la RN43 au lieudit Boutias bloquant toute circulation sur cette voie névralgique reliant Jijel aux wilayas de Skikda, Mila et Constantine. Pour rappel, Ouled Ali est considérée comme le deuxième grand groupement d’habitation après le centre urbain de la ville d’El Milia, avec quelque 1 0 000 habitants. La commune d’El Milia a bénéficié d’un programme de 20 milliards de centimes au titre des projets communaux de développement (PCD), un budget qui reste insuffisants eu égard aux besoins nombreux des populations.

 

Par Zouikri A

 

Voir les commentaires

Algerie : Le Monde des Hommes du désert, paysage, art, culture.

23 Avril 2010, 16:05pm

Publié par Nabil

Voir les commentaires

Vidéo Constantine Ksentina HD Haute Définition

11 Avril 2010, 23:24pm

Publié par Nabil

Constantine Ksentina

Voir les commentaires

Figuiers de Barbarie, El Milia Ouled Ali

11 Avril 2010, 23:21pm

Publié par Nabil

oulad-ali-ouled.jpg

Voir les commentaires

El Milia Bellara - Sidérurgie: le projet de l'Egyptien El Izz Steel abandonné

11 Avril 2010, 22:51pm

Publié par Nabil

bellara-ota-el-milia

 

Annoncé en 2008, le projet du groupe industriel égyptien, El Izz Steel, de réaliser un complexe siderurgique à Jijel pour un investissement de 1,25 milliards de dollars, ne devrait pas voir le jour. Selon nos informations, le groupe égyptien a renoncé à son projet qui devait être livré en 2010.

Ce complexe qui devait être installé dans la zone industrielle de Bellara à El Milia, au sud-est de la ville de Jijel, devait avoir une capacité de 1,5 millions de tonnes de ronds à béton par an. Sa réalisation devait durer 30 mois et il devait créer 1.700 emplois. "El Izz Steel a été abandonné la réalisation de ce complexe", a affirmé à TSA, une source proche du projet. Ce projet devait permettre à l'Algérie de réduire ses importations de rond à béton qui avaient atteint 3 milliards de dollars en 2008.

Ces importations devraient continuer à augmenter à cause de la forte demande sur le marché national, tirée par les programmes de construction de logements et d'infrastructures de base. La demande nationale avoisine les 4 millions de tonnes alors que le complexe sidérurgique d'El Hadjar peine à produire plus d'un million de tonnes. Au départ d'El Izz Steel s'ajoute les hésitations du gouvernement à accorder des autorisations d'investissements à des groupes privés locaux comme Cevital qui a présenté un projet de construction d'un complexe siderurgique d'une capacité de 5 millions de tonnes pour un investissement global de 3 milliards de dollars.

 

Ali Idir TSA

Voir les commentaires

Lion, Panthère et guépard, les grands fauves d'Algérie.

11 Avril 2010, 22:30pm

Publié par Nabil

Le Guépard Subsahariens  

sahara-guepard.jpg

 

Récemment quatre guépards subsahariens ont été photographiés pour la première fois dans le cadre d'une enquête à travers le Sahara central couvrant une superficie de 2800 kilomètres carrés.

Les quatre grands félins - une sous-espèce de guépard (Acinonyx jubatus hecki) - se trouvaient en Algérie et ont été identifiés à l'aide de schémas uniques à chaque individu.

"Le guépard subsaharien est en danger critique d'extinction, mais pratiquement rien n'est connu sur la population, ce nouvel élément de preuve, et la poursuite des travaux de recherche, sont très importants », a déclaré Sarah Durant, de la Zoological Society of London (ZSL).

LION DE L’ATLAS

lion-algerie-jpg

Photos Lion de L'Atlas en Captivité au Zoo de Lyon (France)

Le Lion de l'Atlas ou Lion de barbarie (anciennement Panthera leo leo). [] Il régnait autrefois sur toute l'Afrique du Nord.. Il est caractérisé par une crinière beaucoup plus volumineuse que celle de ses cousins africains, très sombre voire noire et allant jusqu'au milieu du ventre. Ces lions sont plus robustes et beaucoup plus massifs que les autres sous-espèces de lions, atteignant facilement les 315 kg. Le dernier spécimen sauvage fut abattu au Maroc en 1943 A Tizzi n Tichka.

En Algérie le  Le dernier lion d'Algérie, aurait été abattu dans les forêts de Séraïdi vers 1890 par les colons.

 
chasse-lion.jpg 

 

Photos d’un  Lion de L’Atlas à Alger en 1875 (Algérie)

Bien que l'espèce soit considérée comme éteinte à l'état sauvage, quelques spécimens sont encore conservés dans certains parcs zoologiques, comme ceux de la Tête d'Or à Lyon ou des Sables d'Olonne (France). De nombreux autres parcs zoologiques possèdent des lions « hybrides » comptant des lions de l'Atlas parmi leurs ascendants.

Tout à fait récemment, des analyses d'ADN ont été effectuées sur la plupart des lions de l'Atlas présents en captivité. Ces analyses ont donné les résultats suivants: les lions de l'Atlas actuellement en captivité sont à 100% purs, en tout cas pour ceux qui viennent directement de la Ménagerie Royale de Rabat (Maroc).

Panthére ou léopard d’Afrique du nord

 

Panthere-maghreb-1-.jpg

 

Exemple de panthere  (Chine)

 

leopard-chasse.jpg 

Panthère abattu vers 1930 dans les forets de la région de Jijel (Algérie)


panthere-chasse.jpg


Retour d’une partie de chasse vers 1930 dans la région d’Annaba (Algérie)

Le dernier spécimen aurait été abattu à Sidi Ali Bounab près de Tizi Ouzou.
Mais beaucoup pense que la panthère pourraient être toujours présente en Algérie, la panthère est un animal très difficile à observer, même pour des experts.
Certaine espèce de panthère n’ont peu être filmé ou photographié que très récemment grâce à un matériel très sophistiqué. 
 

 

Voir les commentaires

ILOT du Rocher aux Moules, Sidi Abdelaziz

11 Avril 2010, 20:22pm

Publié par Nabil

sidi-abdelaziz-1-.jpg

Voir les commentaires

El Milia : Deux Fourmis transportant un grain de blé, Ouled Ali

11 Avril 2010, 18:47pm

Publié par Nabil

fourmi_foumilliere.jpg

Voir les commentaires

Exploitation de la sablière de Oued Z’hor : Les habitants de Tanefdour réclament la réalisation d’un contournement

11 Avril 2010, 18:24pm

Publié par Nabil

11153440-1-.jpg
La sablière de Oued Z’hor, à une trentaine de kilomètres à l’extrême nord-est de la ville d’El Milia, est devenue une source de désagréments pour les habitants de Tanefdour.Cette localité, l’une des plus peuplées de la commune d’El Milia, avec ses 14 000 habitants, est, depuis quelques années, le point de passage des camions de grand tonnage avec leur va-et-vient quotidien. Agacés, des citoyens témoignent qu’ils vivent H24 au rythme du bruit et des ronronnements des moteurs de ces poids lourds. « La route a subi les dommages de cette circulation infernale et nos enfants sont exposés quotidiennement au danger des accidents. Ceci en plus du fait qu’on ne dort plus tranquillement depuis des années », fulminent des habitants rencontrés sur les lieux. Des requêtes, restées lettre morte, selon nos interlocuteurs, ont été adressées aux responsables locaux pour attirer leur attention sur cette situation. « Nous demandons la réalisation du projet de la route contournant le village au sujet duquel bien des bruits ont couru sans qu’il voit le jour », soutiennent d’autres citoyens. Le projet de cette route a été annoncé pour relier l’entrée et la sortie de cette localité, afin d’éviter à la population les tracas d’une circulation appelée à devenir encore plus dense avec l’ouverture probable de la plage de Oued Z’hor et le retour du calme et de la sécurité dans la région.
Ayant des allures de grand village qui n’a pas connu d’exode, Tanefdour est également le plus grand quartier de la ville d’El Milia. Dotée d’une annexe communale pour délivrer certains documents aux habitants, cette localité reste en butte à des préoccupations qui ne différent pas de celles rencontrées dans d’autres bourgades. L’eau est d’abord le principal souci de la population, précise un homme avec lequel nous nous sommes attablés autour d’un café. Notre interlocuteur jure par tous les saints que le précieux liquide ne coule que rarement dans les robinets, et de préciser que les habitants n’ont pas reçu une goutte d’eau depuis plus de deux semaines. Le chômage est l’autre tare de ce village qui a vu de nombreux jeunes prendre le large avec les harraga pour rallier la Corse et travailler durement pour aider leurs familles. L’île de Beauté est en fait devenue l’eldorado des jeunes chômeurs de cette localité. Entre la poussière et la boue qui s’alternent au gré de la météo, les habitants de Tanefdour sont contraints de respirer l’air pollué de la décharge sauvage de Assardoune, sur la route de Mechat. « Cette décharge est le problème de trop pour nous », s’indignent-ils. Ces derniers qui semblent s’adapter aux fumées polluantes de celle-ci, espèrent, toutefois, voir le processus d’achèvement du centre d’enfouissement technique (CET) de la ville d’El Milia s’accélérer pour se débarrasser de ce fléau.

 

Par Zouikri A.

 

Voir les commentaires

El Milia : EPH BACHIR MENTOURI D’EL MILIA / Réouverture du service des urgences médicochirurgicales

11 Avril 2010, 18:14pm

Publié par Nabil

hopial-el-milia-jijel.jpg

Après avoir subi une grande opération de rénovation qui a consisté en son extension et sa modernisation, le service des urgences médicochirurgicales a été rouvert au malade, huit mois après sa fermeture. Les dernières retouches ont été effectuées, la semaine dernière, pour permettre la réception définitive de ce projet. Flambant neuf, ce service a été entièrement rénové et surtout équipé par de nouveaux appareils. Le personnel soignant, aussi bien médical que paramédical, jusque-là confiné dans des locaux exigus et débordant de malades, n’a pas manqué d’afficher un air de soulagement à la suite de la réouverture de ce service qui leur permet de mener, dans des conditions plus appropriées, leur travail.

Il va sans dire que cette réouverture intervient tout juste au moment où des travaux d’aménagement ont été lancés pour la rénovation des services de la cuisine et de la buanderie. Ces derniers seront modernisés et dotés de nouveaux équipements financés par la DSP. Le bloc opératoire a bénéficié, par ailleurs, de deux stériblocs installés dans le but de stériliser l’air ambiant au niveau des salles opératoires.

Rami Z.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 40 > >>